Nigéria - Le Père Matthieu Dajo retrouvé sain et sauf le 2 décembre 20

Share

Abuja (Agence Fides) – « Nous rendons grâce à Dieu parce que notre frère, le Père Matthew Dajo a été libéré sain et sauf en ce 2 décembre ». C’est en ces termes que S.Exc. Mgr Ignatius Ayau Kaigama, Archevêque d’Abuja, a annoncé hier la libération du Père Dajo, prêtre enlevé le Dimanche 22 novembre (voir Fides 30/11/2020). « Nous remercions tous ceux qui ont prié pour sa libération », poursuit le message de Mgr Kaigama. « Nous remercions également la famille du Père Dajo et tous ceux qui ont collaborer à assurer sa libération. Nous prions afin que s’améliore la sécurité dans le pays » conclut l’Archevêque d’Abuja. 
Le Père Matthew Dajo avait été agressé et enlevé par des hommes armés le Dimanche 22 novembre à son domicile, dans la Paroisse Saint Antoine de Yangoji, à Abuja. 
Selon ce qu’a appris l’Agence Fides de l’Archidiocèse d’Abuja, la semaine passée, la police était parvenue à circonscrire la zone dans laquelle les ravisseurs étaient cachés avec leur otage mais elle a préféré attendre pour ne pas compromettre la vie du prêtre. (L.M.) (Agence 03/12/2020) 

 

 

Abuja, Nigeria : LePère Dajo retrouvé saint et sauf

 

Le 22 novembre dernier, le père Matthiew Dajo a été enlevé par une bande de ravisseurs alors qu’il était dans son presbitère 

Cette information avait été notamment relayée par l’agence Fides et Aleteia dans le monde francophone.  

A la suite d’une opération policière, il a été libéré le 2 novembre. Il est en bonne santé et en sécurité. L’archevêque d’Abuja, Monseigneur Ignatius Ayau Kaigama dit à l’agence Fides : « Nous rendons grâce à Dieu parce que notre frère, le Père Matthew Dajo a été libéré sain et sauf en ce 2 décembre. Nous remercions également la famille du Père Dajo et tous ceux qui ont collaboré à assurer sa libération ». 

Dans le même archidiocèse d’Abuja, cinq enfants et une femme qui était à l’église pour préparer son mariage ont été enlevés fin novembre et sont encore en captivité.  

 

Les enlèvements de ce type sont malheureusement chose commune au Nigéria, et notamment à Abuja qui se situe dans la bande sahélienne.  

Dans cette zone géographique très sèche, la question de l’accès à la terre et à l’eau est source de conflits aussi sanglants de récurrents et accentués par le fanatisme islamiste.  

Plusieurs prêtres, femmes et enfants ont été kidnappés, sans pour autant être libérés.  

Depuis 2015, près de 6000 chrétiens ont été tués par des groupes armés islamistes au Nigeria.  

Le 28 novembre dernier, la secte islamiste Boko Haram a massacré plus de 110 agriculteurs dans l’Etat du Borno, au Nord-Est du Nigeria. 

Voir notre actualité sur le Nigéria :  

Il y a un an au Nigéria… – OPM

Malgré la libération du père Oboh, le Nigéria reste en alerte – OPM

 

Sources :  

https://fr.aleteia.org/2020/11/30/nigeria-le-pere-matthew-est-toujours-aux-mains-de-ses-ravisseurs/ 

http://www.fides.org/fr/news/69138 

Print