Share
5 mai 2021

Mauritanie : prendre soin des enfants handicapés

Les belles histoires de la charité dans le monde... Témoignage de sœur Lucile, en Mauritanie.

Depuis  le  1er avril  2018,  je travaille au foyer de l’Enfance de Dar Naïm en tant que  kinésithérapeute. Le foyer accueille les enfants, la plupart atteints de paralysie cérébrale ou polyhandicapés. Mon premier challenge a été d’apprendre la langue hassanya !

Pour moi, aller au Foyer c’est « rejoindre au quotidien les périphéries de notre société » comme le dit le pape François. Nous faisons face tous les jours à des situations du  rejet et d’exclusion. Cependant, je suis frappée par la force vitale et l’audace des  mamans qui ont le courage de sortir avec leurs enfants. Chaque enfant  qui sourit ou même qui n’a aucune expression extérieure me parle de l’Enfant-Jésus  dans  la crèche. Je vis cette mission, fidèle au cardinal Lavigerie, notre Fondateur, qui a toujours voulu « être tout à tous » dans la joie, l’amour et l’espérance. Le défi pour moi est de ne pas me décourager quand je mets en perspective l’immensité de travail et le peu de bonnes volontés sur qui compter. Je me sens, parfois, dépassée par le travail et il m’arrive de ne pas  assurer les séances de kiné de tous les enfants.

En  Mauritanie  il y un déficit de professionnels de la prise en charge  des enfants en situation d’handicap. Au Foyer nous sommes deux kinésithérapeutes. Nous  accueillons  plus de 25 enfants  par  jour, quatre  fois  par  semaine.  L’effectif  est autour de 180 enfants par an. Certains  parmi eux sont atteints d’un handicap lourd. La plupart  de  ces  enfants sont  incapables de se retourner ou de s’asseoir seuls. Les mamans font leur mieux pour installer correctement  leurs  enfants mais c’est une tâche difficile. Par manque de matelas et de fauteuils à la maison, ces enfants sont couchés par terre. Certaines mamans sont épuisées à force de soulever et de porter leurs enfants.

Petit à petit, nous fabriquons, sur place, des sièges en mousse adaptés à chaque  enfant. Notre  souhait est d’en offrir le maximum possible pour que les enfants  ne soient pas toujours couchés à la maison.  Bien  installer  l’enfant est une des priorités dans la prise en charge pour éviter les troubles respiratoires et digestifs, et surtout permettre à l’enfant d’être dans les bonnes positions en utilisant au maximum leurs capacités restantes.

Le Foyer paie la mousse. Les mamans contribuent à hauteur de 250 MRU pour la mousse et couvrent les sièges avec le tissu, selon leurs moyens. Ainsi leurs enfants peuvent regarder leur entourage et semblent contents et reconnaissants.

Les activités mentionnés sont de tous les jours depuis 1988. La Fondation Raoul Follereau nous a soutenu pendant 30 années mais elle a due se retirer en 2019. D’où la recherche de fond pour soutenir le travail de nos religieuses.
ACN nous aide avec un tiers du projet, notre demande a la Propagation de la foi a été présenté pour cet année  2020, ce qui fera un 2e tiers. Nous comptons alors sur les autres dons pour combler le budget annuel  
 
Concernant nos autres besoins. Etant dans un pays 100% islamique, l’eglise doit se tourner sur les bienfaiteurs pour subvenir a ses nombreux besoins. jJe vous en énumère quelques un  afin de savoir si cela rencontre vos critères de soutien.  si  oui  quel est la modalité de demande? directement des OPM France ? ou bien passer par les  Oeuvres de la Propagation de la Foi   Vaticcan? 
1- soutien pour fonctionnement de nos bibliothèques paroissiales ,  un priorité pour le moment
2- En education:  matériel scolaire, bourses, salaires des professeurs
3- Formation technique: couture, materiel  salaire de professeurs
4- Alphabétisation  migrants et refugiés: materiel et salaire 
5-  2 vehicles : paroisse Tufunde et paroisse Rosso   ainsi que immobilier ( reno- construction)  si cela rentre dans votre domaine d’aide 

Diaporama des activités pastorales du diocèse de Nouakchott >>

Lire aussi le témoignage de sœur Anita >>

MAURITANIE

Capitale: Nouakchott

Nombre d’habitants: 3, 46 millions

Superficie: 1, 03millions

Croissance population entre 2000 et 2010:  2, 7%

Ethnies: Maures noirs 30%, Maures blancs, 30%, autres populations noires, Halpulaar, Soninke, Wolof, Bamara ) 30%

Langues: Arabe, Pulaar, Soninke, Wolof , Français

Alphabétisation: 58%

Les religions pratiquées en Mauritanie

Religions:  – de 1% de chrétiens,  99, 1% musulmans, – de 1% religions traditionnelles.

La loi garantit-elle la liberté religieuse?  Non. L’Église catholique ne reçoit pas de soutien financier de l’État bien qu’elle soit respectée par le gouvernement pour ses œuvres de charité. 

Un seul diocèse catholique : Nouakchott où de nombreuses congrégations sont à l’ouvrage depuis 1988. Aide à l’Église en Détresse soutiendra donc encore cette année les 27 religieuses par une contribution de 30 000 dollars d’aide à la subsistance. La fondation Raoul Follereau les a beaucoup soutenues jusqu’en 2019. Depuis, ACN (AED au Canada) aide tout au long de l’année 27 religieuses. Une demande aux OPM vient aussi d’être présentées pour participer à hauteur d’1/3 du budget de fonctionnement nécessaire.

Les besoins sont nombreux :
1- Soutien aux bibliothèques paroissiales
2- Matériel scolaire, bourses, salaires des professeurs
3- Formation technique: couture, matériel,  salaire de professeurs
4- matériel poour l’alphabétisation  des migrants et refugiés
5- Véhicules nécessaires pour la paroisse Tufunde et la paroisse Rosso  ainsi que des opérations de rénovations des bâtiments
 

Visiter le site de l’Eglise catholique en Mauritanie

Sources: Pew Forum, AED, CIA, CEF, The Arda, Catholic-Hierarchy, Vatican

 
Print