Share
19 mars 2020

Le Père Maccalli, aujourd'hui un missionnaire contemplatif

Le Niger continue de vivre aujourd’hui dans un climat d’insécurité dans toute la zone frontalière avec le Burkina Faso. Des attaques armées ont lieu presque chaque semaine. On ne sait toujours pas avec qui et où est le Père Pier Luigi Maccalli, enlevé le 17 septembre 2018.

Le 17 septembre 2018 la vie du Père Pierluigi Maccalli, prêtre de la  Société des Missions Africaines, a été bouleversée. Il a été enlevé à Bomoanga et nous sommes sans nouvelles depuis. Ses amis se retrouvent chaque mois afin de prier pour lui. A chaque fois ils espèrent pouvoir se retrouver le mois suivant pour une prière d’action de grâce. C’est cette espérance qui a soutenu et continue à soutenir leur prière.

Trois ans après son arrivée, à la veille du serment perpétuel, le Père Maccalli écrivait depuis Bondoukou :

Mon serment perpétuel au sein de la communauté de la Société des Missions Africaines est un engagement de fidélité et de consécration à la mission et à cette Église d’Afrique au service des pauvres. Je suis venu pour servir et ceci demeure l’horizon de ma vocation sacerdotale.

 

C’est le fait d’être amoureux de Dieu qui fait des missionnaires

Aujourd’hui, sa mission a pris un visage nouveau : ce n’est plus un missionnaire actif mais un missionnaire contemplatif, dans une clôture particulière. Sa mission est une mission d’oraison qui se poursuit d’une manière différente mais qui, à son insu et au notre, portera du fruit .

« C’est le fait d’être amoureux de Dieu qui fait des missionnaires » affirmait le Cardinal Martini. C’est la joie de la perle rare qui donne envie de la faire connaître aussi aux autres. C’est la joie de l’Évangile qui pousse à la mission.
C’est cette joie qui a toujours soutenu et poussé le Père Maccalli, toujours un peu au-delà, vers le Niger, ce pays très pauvre. Cette joie a constitué sa force y compris dans les moments difficiles qui n’ont certainement pas manqué.

 

Continuons à prier

L’évocation du Père Maccalli, à un an et demi de son enlèvement, s’est conclue ce mois-ci à la lumière de la récente libération de deux jeunes enlevés au Mali il y a 15 mois. Cet événement extraordinaire fait espérer qu’il pourrait en être de même pour le prêtre missionnaire. « Nous continuons à prier avec confiance afin que, même si nous ne le comprenons pas, nous savons et croyons que Dieu fait concourir tout au bien de ceux qui L’aiment ». (via Fides)

Print