Share
22 juillet 2019

Bon anniversaire Pauline Marie Jaricot !

Pauline Marie Jaricot est née il y a 220 ans...

A 17 ans, elle décide de consacrer sa vie à Dieu tout en restant une laïque.

Sa vie ne sera plus désormais qu’une longue montée vers le Seigneur. Elle puisera sa force dans la prière et l’Eucharistie pour entreprendre ses multiples actions charitables, universelles, sans distinction de personnes.

Âme de Feu, femme d’action, apôtre inlassable, elle prendra des initiatives audacieuses pour une plus grande justice sociale tout en redonnant le goût de la prière.

Entre 1819 et 1820, avec quelques amies parmi des ouvrières ou des proches, réunies par une vie de prière et d’actions charitables, elle imagine une collecte faite de la main à la main, ‘le sou de Pauline’ pour recueillir des fonds pour des missions. Elle met en pratique un plan basé sur le système décimal : des groupes de 10 personnes, chaque personne formant à son tour un autre groupe de 10 et ainsi de suite. Ce système s’étendra rapidement dans le monde et deviendra l’Association de la Propagation de la Foi, créée le 3 Mai 1822.

En 1826, en réponse aux besoins spirituels de son temps, Pauline Jaricot fait naître le Rosaire Vivant. Elle adopte un moyen analogue à celui de la Propagation de la Foi : 15 personnes, 15 mystères (aujourd’hui 20 mystères depuis que le Pape Jean- Paul II a ajouté les Mystères Lumineux). Chaque personne récite une dizaine de chapelets en méditant un des mystères de la vie de Notre-Seigneur, avec l’intercession de Marie. Ce mystère est tiré au sort par une « zélatrice » responsable du groupe.

A sa mort, on comptera environ en France 2.250.000 associés.

Le Rosaire Vivant se répandra dans le monde entier jusqu’à nos jours.

En 1845, Pauline envisage de mettre en œuvre un plan évangélisation de la classe ouvrière.

Elle achète une usine pour en faire un modèle d’esprit chrétien. Un bâtiment attenant loge les familles et à côté se trouvent une école et une chapelle. Elle en confie la gestion à des personnes malhonnêtes. L’œuvre ne peut continuer. Elle engloutit toute sa fortune et passera le reste de ses jours dans la plus grande pauvreté, quêtant pour rembourser ses dettes. Ce sera son long chemin de Croix.

Le 9 Janvier 1862, Pauline meurt dans sa maison de Lorette.

Pauline Jaricot a nourri son énergie pour le service de l’évangélisation dans l’union à Dieu. Elle nous engage à l’action, puisée dans la contemplation, dans l’intimité avec le Christ, dans l’Eucharistie.

Voir la vidéo de présentation

Pour aller plus loin : Pauline Jaricot, aimer et servir

 

 

Print