Share
12 août 2019

Australie : un cours réservé aux femmes

« Le cours Responsabilité pour la mission est pensé par et pour les femmes qui se sentent inspirées par l’Évangile à une vision de justice, de liberté et de dignité de l’être humain. Au travers d’une série de rencontres de formation, le programme réunit les expériences des femmes à l’intérieur de l’Église dans le contexte d’un environnement d’apprentissage universitaire et collaboratif ».

C’est ce qu’indique une note du Conseil pour les femmes catholiques australiennes qui illustre le cours bisannuel qui débutera après l’été et sera ouvert aux femmes catholiques de l’ensemble du territoire australien entre 25 et 35 ans. Le projet nait d’une initiative conjointe entre ledit Conseil, la Conférence épiscopale d’Australie, les Œuvres pontificales missionnaires en Australie (Catholic Mission) et l’Université catholique australienne.

Au travers de la lecture des Écritures, de la théologie, de la spiritualité et des concepts de base de la prise de responsabilité, le programme vise à « inviter les participantes à explorer comment et de quelles manières leur vocation pourra contribuer à une vision de prise de responsabilité pour l’Église et la société, promouvant l’équité, l’égalité et la réconciliation » indique le communiqué.

L’initiative sera coordonnée par Sœur Ruth Durick, ursuline, qui, de 2006 à 2009, a supporté la Confraternité interreligieuse des jeunes femmes catholiques et par le passé a été Provinciale de son ordre. « Sœur Ruth Durick mettra à disposition une très vaste expérience en matière de prise de responsabilité outre un profond engagement en faveur de la formation holistique des jeunes femmes aux rôles de gestion. Nous n’aurions su trouver personne plus adaptée » ajoute la note.
Sœur Ruth Durick a accueilli sa nomination en affirmant que « il existe un fort désir parmi les femmes d’être impliquées dans des rôles à responsabilité au sein de l’Église. Il existe aussi un fort appel au XXI° siècle afin que l’espace s’élargisse de manière à ce que les dons des femmes puissent prospérer, enrichissant l’ensemble de l’Église et de la société »

Print