Share
30 janvier 2021

Pérou : Saint Joseph, exemple de vie chrétienne au secours de la jeunesse 

L’archevêque de Cuzco au Pérou fait le constat d’un changement brutal des mentalités parmi la jeunesse du pays. Il appelle l’Eglise péruvienne à une conversion pastorale orientée vers la mission. Pour cela, il invite les chrétiens à se former davantage et à suivre l’exemple de Saint Joseph, à qui le Saint-Père a confié cette année 2021.  

Mgr Richard Daniel Alarcón Urrutia est archevêque de Cuzco, au Pérou. Il a été interrogé par l’agence Fides lors de l’ouverture de l’année missionnaire d’initiation à la vie chrétienne.  L’archevêque met notamment l’accent sur une réalité très contemporaine, à savoir un changement brutal des mentalités chez les plus jeunes alors que l’Eglise du Pérou lance cette initiative « pour une Eglise ouverte et accueillante ». 

 

Le prélat déplore chez les enfants, les adolescents et les jeunes adultes l’apparition de ce qu’il appelle les « nouvelles idéologies »

On peut penser notamment aux évolutions en matière de morale ou bien au matérialisme qui ne comble pas le cœur de l’Homme. En effet, le Pérou a connu un développement récent en matière d’information et de communication, ce qui ne manque pas de susciter un attrait excessif pour de nouveaux modes de vie.   

 Face à cela, l’Eglise doit être « formatrice et servante », et personne ne doit « rester les bras croisés, mais nous devons prendre conscience de la nécessité d’une conversion pastorale » dit l’ordinaire de Cuzco.  

Le décret conciliaire Ad gentes dit à propos du développement de la conscience missionnaire des baptisés : « tous les fils de l’Eglise doivent avoir une vive conscience de leur responsabilité à l’égard du monde, nourrir en eux un esprit véritablement catholique et dépenser leurs forces pour l’œuvre de l’évangélisation » (Ad gentes, n°36). 

 

Sortir de ses habitudes

Selon Mgr Alarcón Urrutia, pour arriver à ses fins, la pastorale doit être plus missionnaire que conservatrice. La formation doit être « renouvelée et mise à jour » de manière urgente pour « obtenir une vie chrétienne engagée ».  

L’archevêque continue : « sortir des habitudes est un défi important mais nécessaire ».  Bien évidemment, cette conscience missionnaire ne va pas sans le fait de « vivre profondément la foi chrétienne », ni sans une formation approfondie, indispensable à cette vie de foi.  

 

 Se mettre à l’école de saint Joseph

L’archevêque de Cuzco évoque également la décision du Saint-Père de faire de l’année 2021 l’Année de saint Joseph : « Saint Joseph nous rappelle la responsabilité que nous avons en matière de formation et d’éducation des fidèles, comme il l’a fait lui-même avec Jésus. Son œuvre est celle de tout chrétien engagé dans la catéchèse, un grand besoin pour notre temps présent ».  

En définitive, afin de répondre aux attentes de notre époque et dénoncer les fausses solutions et mirages du siècle, nous devons, plus que jamais nous mettre à l’école de saint Joseph. Cela musclera notre esprit missionnaire pour répondre à l’appel de notre baptême !  

Sources :  Fides et Cons. Vat. II. Décret conciliaire Ad gentes, n°36.  

 

 

Print