Share
20 avril 2018

Le Bon Pasteur donne sa vie pour ses brebis

Le Bon Pasteur

L’évangile du bon Berger est un des plus riches et des plus émouvants des récits du Nouveau Testament.

berger bon pasteur

Le Bon Pasteur fait partie de ces passages dans lesquels le Seigneur révèle l’intimité de son Coeur, le coeur divin du Verbe incarné.

Jésus nous dit avec force et détermination de quel amour Il est lié à chaque brebis. Chacune est précieuse à ses yeux, chacune est appelée par son nom, comme l’unique, la préférée entre toutes. Et les brebis connaissent la voix du bon Pasteur, cette voix douce et ferme, cet appel si attirant qui nous fait sortir à sa rencontre et marcher à sa suite. Le Christ se présente aussi comme la porte, l’unique Porte, celle qui donne accès aux gras pâturages et qui libère de tous les faux attachements du monde. «Si quelqu’un entre par Moi, il sera sauvé» (Jn 10, 9). C’est la porte ouverte sur son Coeur blessé d’où jaillissent le sang et l’eau qui donnent la Vie, source d’où coulent le lait et le miel de sa Présence aimante.

Jésus insiste à plusieurs reprises : «Je donne ma vie pour mes brebis» (Jn 10, 15). Oui... l’amour du Seigneur pour nous ira jusqu’à l’extrême, jusqu’à l’offrande de la Croix. «Le zèle pour ta maison fera mon tourment» (ps 69, 10). Et le Christ montre sa sollicitude de bon Pasteur qui, contrairement au mercenaire, ne peut supporter de voir ne qu’une seule brebis, égarée et prête à se laisser dévorer par le loup. Le vrai berger est celui qui risquera sa vie pour sauver la brebis perdue et la tirer de l’abîme des ténèbres, des filets du mensonge et de l’ombre de la mort. En un mot, de l’emprise de Satan, l’homicide et le menteur dès les origines.

Chacune est précieuse à ses yeux, chacune est appelée par son nom

Et puis, avec quelle constance le Seigneur insiste sur ce lien personnel avec chacune de ses brebis en nous laissant contempler son unité avec le Père... « Mes brebis écoutent ma voix, Je les connais et elles me suivent, Je leur donne la Vie éternelle, elles ne périront jamais et personne ne les arrachera de ma main. Le Père qui me les a données est plus grand que tout et personne ne peut rien arracher de la main de mon Père. Le Père et Moi, nous sommes Un » (Jn 10, 27-30).

Contemplons, dans un acte d’adoration plein d’amour, de respect et de silence Notre Seigneur, bon Berger qui donne sa Vie pour ses brebis. Laissons-nous attirer par sa Présence de lumière et de miséricorde. Et prions pour les pasteurs de son Église. Jésus leur demande d’être des vivantes icônes du Bon Pasteur qui vit dans l’offrande de tout son être pour la gloire du Père et le salut des hommes. C’est par miséricorde envers nous que le Seigneur a voulu passer par des hommes pour nous donner le pain de sa Parole et le don de son Corps et de son Sang dans la Sainte Eucharistie. Il connaît notre nature sensible et notre besoin de «signes». Et Il y répond en s’abaissant dans le mystère de son Incarnation, mystère qui le portera à prendre sur Lui nos péchés et toutes nos misères et à se laisser crucifier comme un malfaiteur. Mais sa Passion est pour nous la source de notre Salut. Passion glorieuse car par sa mort «l’Agneau a racheté les brebis» et par sa Résurrection, Il règne vivant à jamais.

Demandons à la Vierge Marie, « Mère de l’Agneau et du Pasteur » « de nous donner de saints prêtres pleins de sagesse et qui soient configurés au Christ dans l’humilité et la charité, dans la douceur et l’offrande. Des bons bergers qui, à la suite de leur divin Maître, sachent instruire les fidèles et les conduire par le chemin de la sainteté vers l’éternelle Vie.

Anna Maria Truninger - Oblate de Saint-Jean

Print