Share
20 octobre 2019

Etre le frère ou la sœur de ceux qui sont au ciel

Dernier apprentissage à se situer à la fois sur terre et au ciel,Un dialogue s’instaure avec des morts : c’est la litanie des saints.

Nommés un par un, nous leur demandons de prier pour nous.

Et, dans le silence entre deux noms, se glisse la présence d’autres saints,

Ceux de nos pays, de nos familles, ceux qui ont cru en Dieu,

Ceux qui ont donné leur vie le plus honnêtement possible.

Le murmure de leur réponse est fondateur : ils ont tellement de choses à nous dire! Souvent, nous leur ressemblons sans le savoir : nous avons hérité un trait physique ou spirituel, nous avons hérité leur foi… et leur espérance. Ils nous apprennent nos origines mais, surtout, ils nous disent de ne pas avoir peur de la mort. Il y a un au-delà de la mort.

La litanie des saints m’a profondément touchée, ensuite, bien sûr, le baptême en lui-même. J’étais en pleurs, envahie par l’émotion. Un peu plus tard, nous avons été invités à rallumer les cierges éteints de chacune des personnes de l’assemblée avec notre cierge de baptême. J’avais vraiment l’impression de leur transmettre ce que je venais de recevoir, j’étais heureuse et les regards que je croisais aussi. C’était un très beau moment. (F. C)

Lire l’ensemble des réflexions de Monseigneur Dubost et d’autres témoignages de nouveaux baptisés

Print