Share
7 septembre 2021

Le dévouement d'un catéchiste kenyan (témoignage)

Sœur Ruth Bwaru Joseph, sœur missionnaire de saint Pierre Claver, FEPS, originaire du Kenya, partage le témoignage de foi reçu de son père Joseph, catéchiste depuis 25 ans, et souligne l'importance de ce ministère pour l'évangélisation.

« Je suis née dans une grande famille de dix enfants. Mon père et ma mère sont des catholiques fervents. En famille, nous priions le chapelet et d’autres prières ensemble chaque soir. Nous demandions au Seigneur de réaliser nos rêves ! Papa a personnellement préparé chacun d’entre nous aux sacrements de l’initiation chrétienne. Nos parents étaient pour nous un exemple encourageant : nous les voyions accomplir leurs devoirs avec fidélité et amour, en supportant patiemment les difficultés et les souffrances de la vie.

Je suis convaincue que je dois non seulement ma foi mais aussi ma vocation religieuse au témoignage de vie et de prière de mes parents. Adolescente, j’admirais le dévouement avec lequel mon père annonçait la Parole de Dieu à notre peuple. Nous vivions dans la paroisse de Nyangusu, au Kenya mais mon père effectuait sa mission de catéchiste dans 30 lieux missionnaires différents.

Encore aujourd’hui, comme les villages sont répartis sur un vaste territoire et distants de plusieurs kilomètres, notre paroisse ne pourrait se passer du ministère des catéchistes. Les prêtres ne sont pas en mesure de célébrer  l’Eucharistie tous les dimanches. Ce sont donc les catéchistes qui dirigent les prières du dimanche, qui président la liturgie de la Parole, qui expliquent l’Évangile et, s’ils sont ministres extraordinaires de l’Eucharistie, ce sont encore les catéchistes qui distribuent la communion. Ils assurent également la catéchèse aux enfants et aux jeunes, animent des rencontres de formation pour les catéchumènes et ceux qui se préparent à recevoir le sacrement du mariage, et s’efforcent d’encourager et de fortifier dans la foi tous les membres des jeunes communautés chrétiennes.

Quand j’étais jeune, je voyais bien que mon père accomplissait sa mission avec une joie, un dévouement et une passion véritables. Aujourd’hui, il a 58 ans. En tant que religieuse, j’admire encore plus sa foi, sa vie de prière intense, son esprit de sacrifice. Comme il n’a aucun moyen de transport, il marche difficilement d’un village à l’autre, comme un vrai missionnaire mais toujours avec joie car il aime sa vocation de catéchiste.

Presque tous nos catéchistes, bénévoles, ont des familles très nombreuses et doivent donc travailler dur pour subvenir à leurs besoins. Mon père a également travaillé dur pour que nous ayons une existence décente.

Je ne peux même pas imaginer la vie chrétienne dans les paroisses de notre diocèse sans le service des catéchistes. La majorité de notre peuple vit dans des villages, cultivant les champs et faisant paître les troupeaux. Le dimanche, lorsque le catéchiste arrive dans le village, il aide les gens à se détacher des occupations quotidiennes qui absorbent totalement leur vie et les accompagne à l’église du village, où ils peuvent participer à la liturgie de la Parole.

Ayant donc un père catéchiste, c’est avec une grande joie que j’ai lu la lettre apostolique Antiquum ministerium, par laquelle le Pape François a institué le ministère du catéchiste. « Toute l’histoire de l’évangélisation au cours de ces deux millénaires – écrit le Saint-Père – montre avec une grande évidence combien la mission des catéchistes a été efficace ».

Je suis maintenant beaucoup plus consciente que la tâche du catéchiste – que mon père accomplit depuis 25 ans –  est un vrai ministère ecclésial. C’est pourquoi je prierai plus intensément pour lui et pour tous les catéchistes de mon pays et des autres pays du monde. Et j’invite également tout le monde à prier pour que les laïcs redécouvrent leur mission dans l’Église et, répondant à l’appel de l’Esprit, aient le courage d’aller à la rencontre de tant de personnes qui attendent de connaître la beauté, la bonté et la vérité de la foi chrétienne. »

Photo et témoignage original recueillis par l’agence Fides.

👉 1100 diocèses sur les 5 continents reçoivent, par les OPM, l’aide nécessaire à leur mission d’évangélisation. L’œuvre de l’Union Pontificale Missionnaire se consacre plus particulièrement à la formation missionnaire des catéchistes ainsi que celle des laïcs engagés, des séminaristes et des religieux.

Pour répondre aux besoins grandissants de formation des personnes engagées dans le ministère pastoral de l’Église, votre soutien est essentiel ! En 2020, plus de 300 000 personnes ont ainsi bénéficié d’une formation à la Mission.

En savoir plus sur l’Union Pontificale Missionnaire >>

En savoir plus sur les récentes aides des OPM au Kenya >>

Pour faire un don >>

 

 

Print