Share
10 juillet 2021

Dieu compte sur nous tous

Le pape François ne cesse de le répéter : "Soit l’Église est en sortie, soit elle n’est pas l’Église. Soit elle est annonce, soit elle n’est pas l’Église" (homélie de Mgr Colomb).

 A tous les baptisés incombe la mission de rendre le Christ visible notamment en vivant sur le mode missionnaire « les choses les plus ordinaires de la vie quotidienne ». Chacun doit le faire selon son état de vie, en faisant fructifier les talents donnés par le Seigneur. Soyons conscients de la beauté de notre baptême qui fait de nous des prêtres, des prophètes, des rois !

 

Un peuple de prophètes

« Je n’étais pas prophète ni fils de prophète ; j’étais bouvier, et je soignais les sycomores ». Il a plu à Dieu d’avoir besoin des hommes pour accomplir son œuvre de salut. Dieu n’appelle pas les hommes les plus hauts placés, il appelle largement car la moisson est abondante. Aucun de nous n’est trop ignorant, trop fragile, pour être écarté de la mission. Samuel, Élie, Amos, Isaïe…jusqu’à Jean Baptiste, jusqu’aux disciples d’aujourd’hui, des hommes se lèvent pour, sans ménagement, sans peur, dire à d’autres hommes leur péché, la miséricorde de Dieu et les chemins de la conversion. Ce que le prophète dévoile, ce n’est pas l’avenir mais l’absolu de Dieu qui traverse tous les âges pour se révéler aux hommes. Ce que le prophète annonce, ce n’est pas sa parole personnelle mais la parole de Dieu. Soyons à l’écoute de la Parole de Dieu, comme nous y invite le psalmiste et nous pourrons entendre le cri des hommes.

 

Envoyés par Jésus

Les premiers envoyés en mission sont les Douze, les Apôtres. Mais Dieu compte sur nous tous car tous nous avons été « comblés des bénédictions de l’Esprit ». A nous qui avons tant reçu, nous qui avons eu la chance de rencontrer Jésus et la foi,  il nous est demandé de donner à notre tour et de témoigner de l’amour que nous avons reçu. Alors comment faire ? Nous n’allons pas partir sur les routes sans vêtement de rechange, sans pain ni nourriture !

A nous d’adapter aux réalités de notre vie l’appel de Jésus en y répondant avec la même radicalité évangélique que les apôtres. A nous d’apporter à nos frères et sœurs le pain de l’amitié, la tendresse de l’écoute. A nous de partager vraiment, sincèrement avec eux, l’ordinaire des jours car c’est là que Dieu veut se manifester.  Toute cette part-là dépend de nous.  Mais le résultat final de l’évangélisation ne peut être que l’œuvre de Dieu.

De nos jours, de nombreuses personnes semblent indifférentes au message de l’Évangile ou ne veulent pas entendre. Est-ce parce que l’Évangile dérange ou bien parce que nous, Chrétiens, sommes trop loin d’eux ? Laissons l’Esprit-Saint agir. Comme le levain dans la pâte, il travaille mystérieusement les cœurs et, peut être, un jour, le cœur aujourd’hui fermé s’ouvrira ! L’important c’est que le grain soit semé.  Nous sommes les semeurs de la Bonne nouvelle et nous pouvons trouver, dans notre vie quotidienne, mille occasions de semer, dans le service rendu, dans la parole donnée, dans l’écoute fraternelle, dans le partage du repas et de la joie de vivre, dans la fraternité et la solidarité, dans les épreuves et les difficultés de la vie.

L’été est la saison des rassemblements familiaux et amicaux. Nous avons été éprouvés par le  confinement, par les restrictions et privations de visites et de rencontres aux êtres chers. Ouvrons nos maisons, nos cœurs, pour nous faire accueil et partage  de la bonne nouvelle. Ouvrons nos églises, maisons de Dieu, maisons du peuple, lieu du recueillement, de la prière, de l’écoute, du partage, lieu de la rencontre avec le Seigneur dans le sacrement de l’eucharistie.

Print