Sœur Adelaida et les enfants de Banana Camp en papouasie nouvelle guinée

Projet Papouasie-Nouvelle-Guinée 2020-2021

Share

Depuis 1991 la congrégation philippine des catéchistes missionnaires de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus (Missionnary Catechists of Saint Therese of Child Jesus, MCST) est présente dans le Diocèse de Vanimo, au Nord-Est de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. 

Aujourd’hui, une religieuse philippine, Sœur Adelaida s’occupe de la catéchèse des enfants des familles ayant survécu au tsunami de 1998 et qui vivent encore aujourd’hui dans des camps de réinstallation. Il y persiste une grande misère sociale et économique : alcoolisme, illettrisme, chômage… Beaucoup d’enfants ne mangent pas à leur faim et il leur est donc très difficile de suivre normalement des cours. Ils accumulent un retard considérable dans de nombreuses matières. Etant données les conditions matérielles et sociales des enfants, en plus des cours de catéchisme, Sœur Adelaida s’efforce de donner du soutien scolaire et de la nourriture à ceux qui en ont le plus besoin. 

Salle de classe en papouasie nouvelle guinée
Sœur Adelaida donnant un cours de catéchisme

 

Sœur Adelaida a sollicité l’aide de lEnfance Missionnaire pour offrir à chaque enfant une Bible, « car la Parole de Dieu est essentielle pour grandir dans la foi« , un chapelet afin qu’ils apprennent à prier, des crayons pour qu’ils puissent s’exprimer. Avec l’aide de l’Enfance Missionnaire, elle pourra aussi mettre en place un petit programme alimentaire pour soulager la faim de ces 82 enfants.

En somme, ces enfants ont autant besoin de nourriture spirituelle que de nourriture matérielle !

 

Outils pédagogiques

 

 

La Papouasie-Nouvelle-Guinée 

La Papouasie-Nouvelle-Guinée est un vaste pays qui compte entre sept et huit millions d’habitants, occupant la moitié est de l’Île de Nouvelle-Guinée, ainsi que plusieurs centaines d’îles de l’Océan Pacifique Sud. À l’Est, elle est frontalière de la province indonésienne de Papouasie, et se situe à l’ouest des Îles Salomon et au nord de l’Australie. Une importante chaîne montagneuse traversent le pays d’Ouest en Est, comportant quelques uns des très rares glaciers équatoriaux. 

La population parle environ 830 langues différentes (12% des langues parlées dans le monde), la plupart sont des langues papoues, le reste des langues austronésiennes. Cependant, les habitants de la PNG communiquent entre eux grâce au tok pisin, un créole à base d’anglais. 

En termes de développement humain, la Papouasie-Nouvelle-Guinée compte parmi les pays dits à “développement humain faible” (155ème position au rang mondial). L’économie de la P-N-G est principalement basée sur l’exploitation minière (or, cuivre, nickel) et forestière, tandis que la population se nourrit grâce à l’agriculture de subsistance et que l’essentiel des produits manufacturés sont importés de l’étranger. 

 

L’évangélisation relativement récente de la Papouasie-Nouvelle-Guinée

La grande majorité des Papouans-Néo-Guinéens sont chrétiens et la confession la mieux représentée est la religion catholique. Les catholiques représentent 27% des habitants du pays. C’est seulement depuis 1882 que la présence de l’Eglise catholique se fait en continu, avec l’arrivée de trois Missionnaires du Sacré Cœur sur l’île de Matupit, après quarante ans de tentatives infructueuses.

Communion en Papouasie-Nouvelle-Guinée (archives des OPM, photographe : Knorr)

 

Les missionnaires vont énormément s’appuyer sur des catéchistes locaux, qui joueront un rôle majeur dans l’évangélisation de la région. Selon l’évêque papouan-néo-guinéen Rochus Joseph Tatamai,

il n’y a pas de doute sur la grande importance des catéchistes locaux sur les terres de missions. Dans les paroisses solidement établies, la pastorale dépend de la coopération entre les prêtres, catéchistes et autres laïcs.

Un des exemples les plus lumineux est le Bienheureux Peter To Rot, mort martyrisé par les japonais en 1945 en Nouvelle-Bretagne (Îles Bismarck) pour avoir défendu le mariage monogame. Pour en savoir plus >>

 

 

 

Quoi de neuf en Papouasie-Nouvelle-Guinée ?

 

1er novembre 2020 – Les évêques de Papouasie appellent le gouvernement indonésien au dialogue contre les violences lors d’une rencontre organisée en urgence après l’assassinat d’un catéchiste catholique, le 26 octobre dans le district d’Intan Jaya (Papouasie).

 

11 novembre 2020 –  Merauke, province de Papouasie. Le père Hendrikus Kariwop, vicaire général de l’archidiocèse de Merauke, a annoncé​​​​ la nomination de Mgr Mandagi, évêque d’Ambon et membre de la congrégation des Missionnaires du Sacré-Cœur, comme nouvel évêque de Merauke. Il en était déjà l’administrateur apostolique depuis 2019. L’évêque est connu notamment pour son rôle en faveur de la paix dans le cadre des conflits entre chrétiens et musulmans, qui ont frappé les Moluques entre 1992 et 2002. Il a également défendu les minorités papoues contre les violences.

 

Le diocèse de Vanimo : du Vicariat apostolique à l’épiscopat indigène  

 

Carte de la Papouasie-Nouvelle-Guinée

Situé en bord de mer au Nord-Est du pays l’île de Nouvelle-Guinée, le long de la frontière avec la Papouasie indonésienne, le diocèse de Vanimo comptait en 2017, 39 412 catholiques pour 116 620 habitants. Ses habitants parlent le Sepik, une langue papoue. Avant 1966, Vanimo dépendait du Vicariat aprostolique de Weak. Depuis 2018, l’évêque, Monseigneur Francis Meli, est un Papouan-Néo-Guinéen. 

 

Le séisme de 1998 

Le diocèse de Vanimo a été rudement touché par une terrible catastrophe. Le soir du 16 juillet 1998, une secousse de magnitude 7 se fait ressentir. Peu après, une vague mesurant jusqu’à 15 mètres s’abat sur la côte et emporte avec elle plusieurs villages proches de l’épicentre, et provoquant 2183 morts, 500 disparitions. Près de 10 000 personnes perdront leur maison. 

22 ans après le drame, de nombreuses familles vivent encore dans les camps et villages de réinstallation (Transmitter Resettlement Camp, Banana Camp), souvent dans la plus grande pauvreté. Ces familles sont l’objet d’une attention particulière de la part du diocèse de Vanimo. Beaucoup d’enfants bénéficient de la catéchèse et de l’aide matérielle et scolaire des Sœurs Missionnaires de l’Enfant Jésus (MSCT). 

Sœur Adelaida et les enfants de Banana Camp en Papouasie Nouvelle Guinée
Sœur Adelaida et les enfants du village de réinstallation « Banana Camp » dans le diocèse de Vanimo.

Le témoignage de Sœur Adelaida 

Je m’appelle Adelaida de Lumen, je suis une sœur catéchiste missionnaire de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus. Je viens des Philippines mais depuis que je suis enfant, j’ai ressenti le désir d’annoncer l’Evangile à l’étranger. Pour moi, l’appel à la mission est une grâce qui vient  de Dieu. Ce désir s’est affermi lorsque je suis devenue religieuse.

C’est en 2016 que je pars en mission en Papouasie-Nouvelle-Guinée, dans le diocèse de Vanimo. Bien-sûr, on m’a raconté un tas d’histoires effrayantes sur ce pays, mais grâce à la prière, l’Esprit Saint m’a donné la force de surmonter mes peurs. Je garde toujours confiance car le Seigneur, qui est le “maître de la vigne”, vient toujours en aide à ses ouvriers !

Parfois, quand j’apprends des prières aux enfants, ils entraînent à leur tour leurs camarades à dire le Chapelet. Ce sont de vrais Enfants Missionnaires ! Cela me donne beaucoup de joie et de courage.

L’annonce de l’Évangile est parfois difficile. Je dois être à l’écoute et au service des gens. Et cela demande de la patience !

Je pense à la parabole du figuier stérile (Lc. 13:6-9): “Maître, laisse-le encore cette année, le temps que je bêche autour pour y mettre du fumier. Peut-être donnera-t-il du fruit à l’avenir” dit le jardinier. Cette parabole m’aide à supporter les épreuves et les personnes difficiles. Je reçois toujours la patience et l’espérance pour leur donner le temps de se convertir au Christ.

Depuis que je suis arrivée en Papouasie-Nouvelle-Guinée, j’ai appris que pour être missionnaire, il faut :

  • être à l’écoute et au service des personnes
  • être patient, laisser au gens le temps de progresser dans la foi
  • apprendre aux catholiques à partager l’Evangile autour d’eux

Je crois que l’Œuvre de l’Enfance Missionnaire est d’une importance primordiale pour devenir missionnaire !  Lire l’interview complète de sœur Adelaida  (actualité du 09/11/2020) >>

Congrégation des sœurs catéchistes missionnaires en Papouasie Nouvelle Guinée
Quelques sœurs de la congrégation philippine des catéchistes missionnaires de sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus.
Print