Share
2 août 2019

Tricycles destinés aux handicapés réalisés par un missionnaire, source d’espoir pour « les derniers des derniers »

Dans les rues de Tamale, ville ghanéenne de plus de 300.000 habitants, sont présents des jeunes et des adultes présentant des handicaps moteurs qui se trainent par terre à la force des bras. Dans ces conditions, les handicapés ne peuvent que demeurer à proximité de leur habitation. Le reste du monde n’existe pas pour eux et, surtout, ils vivent dans une condition dégradante.

En contemplant ces « derniers des derniers », personnes marginalisées, vulnérables et sans aucune aide, le Frère Trevor Robinson, missionnaire britannique de la Société des Missionnaires d’Afrique (Pères blancs) a eu le désir évangélique de dédier du temps et de l’énergie pour chercher à améliorer leurs conditions de vie. Il a pensé pour cela à réaliser de simples tricycles faits à la main destinés aux handicapés. En explorant les possibilités visant à remédier à cette situation, le religieux a conçu un tricycle qui, grâce à des chaines et des couronnes, peut être actionné manuellement. Du projet au premier prototype, les choses ont avancé à grands pas et, grâce à l’aide de bénévoles et de donateurs, le religieux a lancé la récupération du matériel utile tels que des pièces de vieilles bicyclettes, données par des amis ou des connaissances, alors que d’autres pièces nécessaires ont été commandées dans la capitale, Accra.

« Lorsque j’ai commencé, j’ai pensé transformer ce tricycle en une opportunité pour les jeunes de rue. J’ai demandé à certains d’entre eux de m’aider. Initialement, nous en produisions une dizaine par semaine. Maintenant, lentement, nous sommes arrivés à une cinquantaine » raconte le missionnaire.

Le prix total d’un tricycle pour handicapé est de quelques 250 €uros. « Pour un handicapé du Ghana, il s’agit d’un montant trop élevé. Ainsi, grâce à des donations provenant d’Europe, nous parvenons à les faire payer 10 €uros par tricycle » relève le missionnaire, expliquant son expérience qui parvient à redonner l’espoir à des personnes vivant aux marges de la société.

« Lorsqu’une personne handicapée parvient à obtenir l’un de ces véhicules – conclut le Frère Robinson – elle rentre dans une nouvelle dimension et reconquiert une espérance de vie. Jusqu’à présent, à cause de ses infirmités, elle avait un champ d’action limité et, surtout, était contrainte à se trainer dans la poussière et la saleté. Grâce au tricycle, elle peut se déplacer partout. Ceci lui permet de se rapporter à de nombreuses personnes et de croitre. Par ailleurs, ses muscles se renforcent, améliorant sa santé physique. L’inactivité des handicapés, sans mouvement au niveau du sol, a condamné nombre d’entre eux à une mort prématurée, suite à des pneumonies ou à d’autres maladies. Maintenant, une spirale de gratitude et de lumière existe dans leur vie ».

Merci aux donateurs de leur soutien qui nous aide à écrire les belles histoires de la charité dans le monde !

Print