Share
13 octobre 2020

Mgr Dal Toso : "la mission, affaire de tous"

Entretien avec le Président des Oeuvres pontificales missionnaires sur la mission affaire de tous les baptisés et sur la montée en puissance des laïcs et des familles missionnaires.

« Le sens profonde de la Journée missionnaire mondiale est de tenir vivant le sens de la mission chez tous les baptisés. En ce moment historique, acquiert davantage de force l’élément de l’Universalité de l’Eglise, qui regarde le monde entier. Alors que l’humanité vit le temps de la pandémie, il est possible de comprendre combien nous sommes profondément liés les uns aux autres. La Journée missionnaire mondiale, au niveau ecclésial, veut contribuer à maintenir vivant également l’élément de l’Universalité de la foi. Personne ne croit seul, nous sommes tous liés par la foi dans le Christ, quelque soit le lieu où nous vivons ». C’est ce que déclare à l’Agence Fides S.Exc. Mgr Giampietro Dal Toso, Secrétaire adjoint de la Congrégation pour l’Evangélisation des Peuples et Président des Œuvres pontificales missionnaires, en vue de la célébration de la Journée missionnaire mondiale célébrée dimanche 18 octobre.

L’Archevêque remarque : « Nous sommes reconnaissants au Pape parce que, dans son Message intitulé « Me voici, envoie-moi », il met en évidence l’aspect e la responsabilité et de la réponse de chaque baptisé, soulignant que l’aspect vocationnel ne manque jamais. Nous avons besoin de personnes qui consacrent leur vie à l’annonce de l’Evangile et en particulier à la mission ad gentes. Nous espérons et nous prions afin que l’Esprit Saint suscite chez les jeunes la vocation spécifique à annoncer l’Evangile dans les terres de mission.

 

La Journée missionnaire mondiale est également une journée de prière. Pensons, dans la prière pour les missions, aussi à demander toujours de nouveaux ouvriers pour la vigne du Seigneur, qui soient prêts à donner leur vie pour Lui.
Un aspect important, qui sera souligné également dans le Dossier que l’Agence Fides publiera le 16 octobre, à l’occasion de la Journée missionnaire mondiale, est la croissance du nombre de missionnaires laïcs et de familles missionnaires. « Il s’agit d’une donnée très réconfortante non seulement d’un point de vue numérique mais surtout parce qu’elle indique que tous – et pas seulement les prêtres et les consacrés – se sentent responsables de la mission évangélisatrice de l’Eglise ». 

 

Il existe de grandes réalités au sein de l’Eglise qui envoient des familles entières en mission, telles que le Chemin néocathécuménal, parce que la famille en soi témoigne la foi et évangélise. Il s’agit d’une donnée importante parce qu’elle réalise ce qui est dit par la devise du Mois missionnaire extraordinaire, célébré l’an dernier : « Baptisés et envoyés ». C’est le baptême qui nous fait chrétiens et, en tant que chrétiens, nous sommes témoins et annonciateurs du Christ ».

 

La Journée missionnaire mondiale est également le moment de la collecte globale destinée au Fond universelle de solidarité au travers duquel les Œuvres pontificales missionnaires soutiennent les jeunes Eglises. « La collecte universelle fait partie, depuis le début, de la Journée missionnaire mondiale. A la prière pour les missions vient s’ajouter l’aspect caritatif. Comme chaque âme a besoin d’un corps, de même les Eglises ont besoin de structures et de personnels et ceci requiert un engagement économique. Récemment, le Pape a institué près les Œuvres pontificales missionnaires, un Fond spécial en faveur des jeunes Eglises touchées par le Covid-19. Malgré les difficultés de ce moment historique, nous faisons appel à la générosité des fidèles. Grâce à l’engagement des Directions nationales des Œuvres pontificales missionnaires, il sera possible d’aller au-delà de la collecte dominicale et d’utiliser par exemple des formes et des méthodes de donations économiques par le biais d’Internet ». (Via Fides 13/10/2020)

Soutenir la mission >>

Print