Share
4 septembre 2020

Neuvaine pour ranimer le feu !

Nous avons tous des souffrances à porter... rejoignez notre grande neuvaine à Pauline Jaricot !

S’inspirant des écrits de Pauline Jaricot, figure créative de l’Église universelle, s’unissant à ses prières et imitant son attitude, nous pouvons aujourd’hui, dans la grâce de l’Esprit Saint, participer au réveil missionnaire de notre pays et collaborer à l’évangélisation jusqu’au bout du monde ! 

 

Seigneur, au pied de la croix, vous avez fait naître l’Eglise.

Donnez-nous la force d’offrir et d’unir nos peines et nos épreuves à votre sacrifice

Et contribuer ainsi au salut de nos frères.

Apprenez-nous à renoncer à notre confort, à nos sécurités, à nos égoïsmes.

Apprenez-nous le généreux dévouement de celui qui veut s’unir à votre charité

Et de ne pas avoir peur de la souffrance passagère.

Recevez nos prières, recevez nos offrandes,

Comme le doux parfum des roses printanières.

Souffrir, mourir, mais surtout s’unir à vous par amour pour le monde.

Seigneur, avec votre douce mère Marie,

Permettez-nous de monter au calvaire pour être tout près de votre cœur

Afin que notre foi soit vive et notre charité ardente.

Donnez-nous la grâce d’accueillir votre volonté.

Donnez-nous la force de l’aimer malgré les contradictions.

Donnez-nous la joie de partager un jour votre victoire finale.

Amen

D’après une lettre de Pauline, 1er janvier 1835

 

Offrir ses croix et ses souffrances

La foi de Pauline n’est pas édulcorée ! Elle ne relativise pas le mystère de la Croix qui est « l’échelle du Ciel » comme disait son ami Jean-Marie Vianney, le saint Curé d’Ars.

Pauline affirme sa foi : par sa Passion, sa mort et sa Résurrection Jésus Christ nous a sauvé. Jésus s’est offert pour nous et son sacrifice est fécond : il a fait « naître l’Eglise » pour l’envoyer en mission. 

Lucide et courageuse, elle sait qu’elle est appelée à imiter le Christ et se configurer à lui : « Un serviteur n’est pas plus grand que son maître, ni un envoyé plus grand que celui qui l’envoie » (Jean 13, 16). Pour entrer dans la gloire du Ciel, il lui faudra prendre sa croix… En effet, le Christ n’a pas fait disparaître nos peines et nos souffrances. 

Le Christ n’a pas supprimé la souffrance humaine mais il l’a fécondée !

Sans attendre, Pauline demande de recevoir la force, c’est-à-dire la grâce, d’offrir ses peines et épreuves provisoires. Dans son offrande, sont confondues les épreuves que l’existence apporte à chacun et tous les renoncements choisis, par ascèse. L’ascèse est le sacrifice volontaire d’un bien secondaire par amour, par désir d’un plus grand bien. 

Pauline contemple le Christ au Calvaire et désire s’unir à lui, s’appauvrir à son image car « notre Seigneur Jésus Christ : lui qui est riche, il s’est fait pauvre à cause de vous, pour que vous deveniez riches par sa pauvreté » ( 2 Corinthiens 8, 9).   

Dieu n’est pas venu supprimer la souffrance. Il n’est même pas venu l’expliquer, mais il est venu la remplir de sa présence.

Paul Claudel

Une fois encore, nous percevons l’intelligence et la finesse spirituelle de Pauline Jaricot. L’offrande de ses croix et souffrances n’est pas la recherche d’une gloriole macabre ou d’un dolorisme égoïste ! Elle prie pour que ce don spirituel soit le vecteur du Salut de ses frères. 

Pauline embrasse la croix qui l’unit au Christ « par amour pour le monde » ! 

Ainsi Pauline prend sa place dans la mission de l’Église et annonce l’Évangile : par sa Passion et par sa Croix, le Christ nous a sauvé et uni à lui pour l’éternité. 

Ne nous effrayons pas… Tout ce qu’il y a d’amer dans cette vie de sacrifice a été adouci en passant par le cœur de Jésus. Je ne prétends point vous souhaiter des afflictions, ni vous engager à les demander au Seigneur. Mais je désire très ardemment qu’éclairés par la vérité éternelle, nous nous tenions serrés autour de la croix pour accepter humblement et avec amour les fruits qui se détacheront de cet arbre de vie pour venir à nous.

Extrait d’une lettre de Pauline, 1er janvier 1835

 

Prions le Christ Jésus…

Nous t’adorons, ô Christ, et nous te bénissons, parce que tu as racheté le monde par ta sainte Croix ! 

Apprends-moi à porter ma croix et à faire de toutes les souffrances passagères, une offrande qui m’unisse à toi et à ta vie éternelle !

 

 

Pour recevoir tous les matins dans votre boîte mail la méditation du jour et la prière, rejoignez notre communauté de prière sur Hozana !

Print