De la montagne à la plaine, de la contemplation à la mission ! - OPM
Share
1 mars 2021

De la montagne à la plaine, de la contemplation à la mission !

Carême : Mgr Colomb tient à faire passer un message bien utile par les temps qui courent...

Chers amis,

Les textes de ce deuxième dimanche de carême peuvent nous sembler loin de nos préoccupations ordinaires, et pourtant ils nous délivrent un message bien utile : c’est alors que tout va mal dans notre vie, quand l’horizon est bouché, quand la nuit est profonde, que nous n’avons plus confiance ni en l’avenir ni en nous-mêmes, qu’il est temps d’entrer dans la prière.

Dieu nous ouvre des chemins nouveaux, chemins de conversion et de vie pourvu que nous nous mettions à son écoute.

La première lecture (Gn 22, 1-18) ne nous dit rien de ce qui a dû se passer dans le cœur d’Abraham quand il entendit la demande de Dieu : « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac, va au pays de Moriah, et là tu l’offriras en holocauste. » Homme de son temps, sans doute connaissait-il les sacrifices humains, mais tout de même ce Dieu en qui il avait mis sa confiance, pourquoi lui demande-t-il cela ? Que fait Dieu qui a donné cet enfant de la promesse et qui maintenant veut le reprendre ?

Dieu, tout simplement, conduit Abraham sur une route nouvelle, inconnue de lui, comme il veut nous conduire aujourd’hui, en ce temps de carême, sur des chemins nouveaux, des chemins qui nous font entrevoir Son projet, toujours plus loin et plus haut, mais ayant besoin de notre labeur pour s’accomplir. Abraham connaissait déjà Dieu par sa promesse, voilà que se révèle à lui le Dieu d’amour qui n’a que faire des sacrifices humains et des holocaustes.
 

Dans l’Evangile (Mc 9, 2-10), c’est ce vrai visage de Dieu qui se révèle en Jésus, l’ultime visage que nous puissions connaître en ce monde : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » On comprend Pierre et son envie de demeurer dans cette vision ! Mais pourtant il faut redescendre de la montagne pour accomplir la mission de l’évangélisation.

Il en est de même pour nous en ce temps de carême : il nous appartient de trouver dans notre maison, dans notre cœur, dans notre église, le lieu de la rencontre, le lieu et le temps consacrés à la prière, au cœur à cœur avec Dieu qui nous attend. Ce n’est que fortifiés par ces temps avec Dieu, nourris par les sacrements, que nous pourrons continuer la route, travailler à la construction du Royaume et redescendre vers nos frères.

Dieu nous conduit de la montagne à la plaine, de la contemplation à la mission !

Monseigneur Colomb, directeur national des OPM de France

Crédit image : Le sacrifice d’Isaac, Robert Cheaib

Print