Share
26 février 2021

En Irak comme dans le monde entier, les chrétiens sont des « lumières dans l’obscurité »

Le 18 février, le Premier ministre irakien Mustafa al Kadhimi recevait les membres du Conseil des chefs des communautés chrétiennes d’Irak, en amont de la visite officielle du Pape François en mars prochain.

Aux membres de ce Conseil interconfessionnel, présidé par Avak Asadourian, archevêque de l’Église arménienne apostolique de Bagdad,  le Premier ministre a rappelé l’importance de la continuité de la présence chrétienne en Irak.  

 

Un message politique qui résonne comme un appel à la mission  

Le Ministre a déclaré :

Nous sommes forts dans notre pluralité culturelle et religieuse et nous demeurons un symbole de coexistence, de tolérance et de vraie citoyenneté malgré tous les pièges tendus pas les groupes obscurs qui ont échoué dans leurs projets de destruction de notre pays.

Rappelant que la présence des chrétiens en Irak est vieille de 2000 ans, le Premier ministre a rappelé le devoir des institutions politiques quant au maintien de la cohésion entre les différentes appartenances religieuses.   

Cette déclaration peut se lire comme un message fort, non seulement pour les chrétiens d’Irak, mais aussi pour ceux du monde entier. Ainsi Mustafa al Kadhimi a ajouté « l’Irak n’est pas l’Irak sans les chrétiens ».  

 

« Vous êtes la lumière du monde » (Matt 15, 13-14)  

Il est étonnant et instruisant de voir un homme politique d’une autre confession souligner le rôle fondamental des chrétiens dans la société. Même s’il ne faut pas en minimiser la portée politique, cet appel du Premier ministre irakien a du sens au regard des Évangiles. Saint Luc rapporte : « À quoi pourrais-je comparer le Royaume de Dieu ? Il est comparable au levain qu’une femme a pris et enfoui dans trois mesures de farine, jusqu’à ce que la pâte ait levé » (Luc 13, 20-21). Cette parabole peut être comprise comme une image de la présence chrétienne dans le monde.  

Plus encore, Saint Matthieu rapporte lui-aussi : « Vous êtes le sel de la terre. Mais si le sel devient fade, comment lui rendre de la saveur ? Il ne vaut plus rien : on le jette dehors et il est piétiné par les gens. Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée » (Matt chap 15, 13-14).  

Cette double allégorie du sel et de la lumière et la parabole du levain sont autant d’images du rôle missionnaire du chrétien, qui lui est attribué de par son baptême. Que ce soit par les mots d’un chef de gouvernement musulman ou ceux des Évangiles, les chrétiens sont appelés à briller au cœur de la société, non par quelconque prouesse, mais par la lumière du Christ qu’ils ont reçu lors de leur baptême.  

En 2002, Saint Jean-Paul II enseignait aux jeunes catholiques du monde entier à Toronto :

Une des fonctions primordiales du sel, comme cela est bien connu, est d’assaisonner, de donner goût et saveur aux aliments. Cette image nous rappelle que, par le baptême, tout notre être a été profondément transformé, parce qu’il a été « assaisonné » par la vie nouvelle qui vient du Christ.  

Alors il est temps de répondre à cet appel qui vient de notre baptême et que le monde attend : soyons missionnaires !  

En Irak, les OPM sont venues en aide aux réfugiés de l’école Saint-Irénée d’Erbil, dans le diocèse de Kirkouk. Il reste encore beaucoup à faire dans ce pays !

Vous pouvez aussi consulter le site internet de l’Œuvre d’Orient, qui aide depuis plus de 160 ans les églises catholiques orientales dans leur mission sociale et d’apostolat au sein des sociétés du Moyen-Orient.  

 

Pour aller plus loin :  

Print